Passer au contenu

/ Observatoire de la Francophonie économique

Je donne

Rechercher

Navigation secondaire

Troisième conférence internationale sur la Francophonie économique

Vers une économie résiliente, verte et inclusive

 


Comité organisateur

  • Brahim Boudarbat, directeur de l’Observatoire de la Francophonie économique de l’Université de Montréal
  • Aminata Niang Diene, directrice de la Recherche et de l’Innovation de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar

Appel de communications libres

Date limite : 15 décembre 2021


Cliquez ici pour télécharger l'appel de communications en format PDF.

Cliquez ici pour soumettre une proposition de communication libre.

L’Observatoire de la Francophonie économique de l’Université de Montréal (OFE) a le plaisir d’annoncer l’organisation de sa troisième conférence internationale sur la Francophonie économique (CIFE) en collaboration avec l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et en association avec le projet « Renforcement des politiques publiques pour les emplois décents en Afrique francophone dans le contexte de la COVID-19 » (projet financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et réalisé conjointement par le Laboratoire d'Analyse des Politiques de Développement de l’UCAD et l’OFE).

Cette conférence aura lieu en présentiel à Dakar, du 16 au 18 mars 2022, et aura pour thème central « Vers une économie résiliente, verte et inclusive ».

La pandémie de COVID-19 a eu un impact majeur sur l’économie et sur les populations partout dans le monde. Dans plusieurs pays, elle a exacerbé les inégalités et la pauvreté préexistantes, car ce sont les populations les plus fragiles et les plus marginalisées qui ont été le plus durement touchées. Les mesures de confinement et de distanciation sociale ont entraîné d’importantes pertes d’emplois dans les secteurs des services à forte intensité de contacts et de main-d’œuvre, qui emploient principalement des femmes. La pandémie de COVID-19 a également mis en évidence la vulnérabilité du secteur informel, qui constitue la principale source d’emplois dans de nombreux pays et qui offre peu de sécurité, de protection sociale et d’accès aux soins de santé, voire aucune. Enfin, cette crise a touché de manière disproportionnée les femmes, qui ont subi d’importantes pertes d’emplois et de revenus, ce qui a contribué à aggraver les écarts de pauvreté entre les sexes.

En Afrique, le changement climatique a fragilisé davantage les populations en augmentant l’insécurité alimentaire, la pauvreté et les déplacements, amplifiant ainsi la crise socio-économique et sanitaire causée par la pandémie de COVID-19 (rapport multi-institutions coordonné par l’Organisation météorologique mondiale).

La conférence sera l’occasion de faire la lumière sur les conséquences économiques et sociales de la pandémie de COVID-19 et du changement climatique sur les pays francophones, ainsi que sur les mesures prises par les gouvernements pour protéger l’économie et les populations et pour assurer une reprise rapide, durable et inclusive. La pandémie de COVID-19 continuant de sévir dans le monde, et les enjeux climatiques et environnementaux se posant avec une acuité croissante, les défis à relever en matière de politiques économiques et sociales demeurent considérables.

Cette troisième conférence constitue un événement d’envergure qui coïncide avec le Mois de la Francophonie et nous fournit une belle occasion, dans un contexte de reprise économique, d’exposer les politiques et les initiatives des acteurs francophones locaux, nationaux et internationaux, afin de favoriser la résilience face aux crises économiques et sociales et aux changements climatiques. Comme ce fut le cas lors des deux dernières éditions, cette conférence constitue un moment privilégié pour échanger des expériences et pour aborder les questions et alimenter les réflexions qui sont inscrites au cœur des préoccupations des acteurs de la Francophonie et de la Stratégie économique pour la Francophonie.

Lors de la deuxième CIFE qui a eu lieu à l’Université Mohammed V de Rabat en mars 2020, plus de deux cents conférenciers et panélistes de 26 pays ont pu partager leurs expériences et leurs recherches, contribuant ainsi à identifier les défis que doit relever l’espace francophone pour mettre en valeur le potentiel que représentent les femmes et les jeunes et assurer un avenir décent à ces derniers.

Le programme de la conférence de Dakar sera riche et varié pour favoriser les échanges d’expériences, la mobilisation des connaissances et le réseautage. Il comprendra des tables rondes, des ateliers de formation, des expositions de partenaires et de jeunes entrepreneurs, un concours « Innovation numérique » et des activités spéciales — dont le lancement d’une nouvelle revue francophone — qui traiteront de sujets en lien avec le thème central de la conférence. Aussi au programme : des séances de communications libres ouvertes aux personnes des milieux universitaire, gouvernemental, privé et associatif partout dans le monde qui souhaitent partager les résultats de leurs travaux de recherche ou leurs pratiques et initiatives.

Propositions de communications libres

Tous les sujets qui sont d’intérêt pour les politiques économiques et sociales et pour le milieu des affaires seront considérés pour les communications libres. Les chercheurs, les étudiants et les praticiens de toutes les disciplines et de tous les milieux sont invités à soumettre une proposition de communication pour présenter et disséminer les résultats de leurs travaux. La participation des femmes et des jeunes de même que les soumissions qui intègrent les considérations d'égalité entre les sexes sont fortement encouragée.

Les personnes qui désirent participer à une séance de communications libres doivent soumettre une proposition en français en vue de son évaluation par le comité scientifique de la conférence. Les propositions seront acceptées jusqu’au 15 décembre 2021.

La conférence étant en présentiel, les propositions pour une communication à distance ne seront pas acceptées. 

Les propositions de communication peuvent être soumises en ligne en cliquant ici.

Il est également possible de faire parvenir les propositions en format PDF ou Word par courriel à l’adresse suivante : ofe@umontreal.ca.

Dans ce cas, elles doivent inclure les éléments suivants :

  1. Titre de la communication ;
  2. Nom, prénom, fonction et affiliation de l’auteur qui fera la présentation à la conférence, avec adresse courriel ;
  3. Nom, prénom, fonction, affiliation et adresse courriel de chacun des coauteurs ;
  4. Résumé de la communication en français (max. de 400 mots). Si le texte intégral de la communication n'est pas soumis à ce stade-ci, le résumé devra être détaillé (mise en contexte, méthodologie, principaux résultats et leurs implications) ;
  5. Trois à cinq mots-clés ;
  6. Texte intégral de la communication si disponible (maximum de 7 000 mots).

Les propositions non conformes à ce format seront écartées.

Vous recevrez une confirmation de la réception de votre proposition dans un délai de 48 heures après son envoi. Au besoin, veuillez contacter les organisateurs par courriel à : ofe@umontreal.ca.

Les soumissions seront évaluées par le comité scientifique de la conférence sur la base de la qualité, de l’originalité et de la clarté. Les décisions seront rendues entre le 1er et le 10 janvier 2022.

Les conférenciers acceptés devront soumettre le texte intégral de leur communication et s’inscrire à la conférence au plus tard le 23 février 2022, à défaut de quoi leur communication ne sera pas inscrite dans le programme.

Inscription à la conférence

L’inscription à la conférence est obligatoire pour tous les participants. Les frais d’inscription sont de 20 $ US pour les étudiants et de 50 $ US pour les autres participants. Une attestation récente d’inscription dans un programme d’études sera requise pour bénéficier du tarif étudiant. Le lien pour l’inscription sera fourni en temps opportun. Les frais d’inscription couvrent la documentation, les pauses-café et les repas du midi durant les trois jours de la conférence. Veuillez prendre note que les frais de voyage et de séjour à Dakar sont à la charge des participants.

Publications des textes des communications

Les textes qui auront été présentés à la conférence et qui répondent aux normes établies par le comité scientifique seront publiés dans les actes de la conférence.

Une quinzaine de ces textes seront sélectionnés pour publication dans un ouvrage collectif qui sera édité par l’OFE.

Les auteurs qui le souhaitent pourront également soumettre leur texte de communication pour publication dans le premier numéro spécial de la nouvelle Revue de développement international. Dans ce cas, ils devront se conformer à la politique éditoriale de la revue et aux directives données aux auteurs. Les informations sur cette revue seront disponibles sur le site de la conférence dans les prochaines semaines.

Dates importantes

15 décembre 2021

:

Dernier jour pour soumettre une proposition de communication

10 janvier 2022

:

Communication des résultats de l’évaluation des propositions

15 janvier 2022

:

Début des inscriptions à la conférence

23 février 2022

:

Dernier jour pour soumettre le texte complet de la communication
Dernier jour pour s’inscrire à la conférence (conférenciers)

1er mars 2022

:

Programme préliminaire de la conférence

8 mars 2022

:

Programme final de la conférence

14 mars 2022

:

Dernier jour pour s’inscrire à la conférence (participants non conférenciers)

16 mars 2022

:

Début de la conférence

Été 2022

:

Publication des actes de la conférence

Automne 2022

:

Publication des textes sélectionnés dans un ouvrage collectif

Pour obtenir des renseignements supplémentaires sur la conférence, prière de visiter le site Internet dédié à l’événement ou d’écrire à ofe@umontreal.ca. 

Comité scientifique

  • Leila Benali, directrice par intérim de l’Observatoire africain des migrations de l’Union africaine
  • Brahim Boudarbat, directeur de l’Observatoire de la Francophonie économique de l’Université de Montréal
  • Yvette Onibon Doubogan, professeure à l’Université de Parakou (Bénin)
  • Anne Catherine Faye, vice-présidente chez Analysis Group à Montréal (Québec)
  • Imen Khanchel, professeure à l’École Supérieure de Commerce de Tunis, Université de la Manouba (Tunisie)
  • Aminata Niang Diene, directrice de la Recherche et de l’Innovation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
  • Awa Niang Fall, directrice de la Cellule interne d’assurance qualité de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
  • Babacar Sène, professeur à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal)
  • Marie Thérèse Um, doyenne honoraire à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion Appliquée de l'Université de Douala (Cameroun)
  • Félix Zogning, professeur agrégé à l’Université du Québec en Outaouais (Québec)