Passer au contenu

/ Observatoire de la Francophonie économique

Rechercher

Programmes de recherche

Programme Subvention à la recherche sur la francophonie économique (SURFE)

L’Observatoire de la Francophonie économique a mis en place son programme Subvention à la recherche sur la francophonie économique (SURFE). Ce programme, qui est destiné aux chercheuses et chercheurs établis et aux jeunes chercheuses et chercheurs, vise à promouvoir et à appuyer l’excellence en recherche sur les grands enjeux économiques du monde francophone. Il vise également l’avancement et la diffusion des connaissances en appuyant des projets de recherche qui permettent de mieux comprendre les défis qui attendent les économies francophones et d’éclairer les décideurs sur les politiques à même de relever ces défis pour le bien-être économique de leurs populations. Ces projets durent généralement un an.

Les appels de projets sont généralement lancés à l’automne de chaque année. Les projets subventionnés sont réalisés l’année suivante.

Le premier appel de projets a été lancé à l’automne 2017 et était destiné exclusivement aux chercheurs installés en Afrique francophone ou qui avaient des liens avec des universités africaines francophones.

Les cinq projets suivants ont été retenus pour 2018 :

·         « Potentiel d'expansion des échanges commerciaux entre les pays francophones de l'Afrique de l'Ouest », Rachidi Kotchoni, Bénin.

·         « NTIC et employabilité au Cameroun : effets de la formation à distance sur les résultats du marché du travail des jeunes diplômés au Cameroun », Désiré Avom, Cameroun.

·         « L’entrepreneuriat des jeunes dans l’espace OHADA : enjeux et perspectives », Théophile Dzaka-Kikouta, Congo et République démocratique du Congo.

·         « Revalorisation des systèmes éducatifs dans les pays du Maghreb : réduction des inefficiences, meilleure productivité des établissements scolaires et égalité des chances accrue entre les élèves », Ayadi Mohamed, Tunisie.

·         « L'entrepreneuriat, une solution contre le chômage des jeunes diplômés », Soulaimane Laghzaoui, Maroc.